James ou Pas

1970, 16 mm N/B gonflé en 35, 88′

Avec Harriett Ariel, Jean-Luc Bideau, Serge Nicoloff, Nicole Zufferey, Jacques Denis, scénario et réalisation Michel Soutter, image Simon Edelstein, son Marcel Sommerer, montage Yvette Schladenhaufen, musique Guy Bovet, Frédéric Chopin, production Arado-film / le Groupe 5 / Télévision Suisse, Quinzaine des Réalisateurs Cannes 1970.

Hector est un chauffeur de taxi assez volubile qui se déclare heureux dès que son véhicule peut être utile à quelqu’un. On vient de l’appeler dans un petit village. Il se trouve face à face avec un certain James qui affirme qu’il n’a demandé aucun taxi. James est un personnage insolite qui n’a presque pas de contact avec ses semblables, sinon avec une jeune fille qu’il voit platoniquement une fois par semaine. Hector se demande si James ne serait pas un de ses amis d’enfance, non revu depuis des années, mais ses souvenirs sont trop imprécis pour qu’il puisse répondre d’une façon nette. Avec James, il va à l’aéroport chercher la jeune fille. Hector aura avec elle une brève liaison qui lui fera délaisser sa maîtresse. Quelque temps plus tard, en pleine campagne, James mourra dans des circonstances mystérieuses qu’Hector avait plus ou moins prévues, dont il avait eu, en tout cas, la prémonition quelques instants avant sa première rencontre avec James.