Les Arpenteurs

1972, 16mm gonflé en 35mm, 90′

Avec Marie Dubois, Jean-Luc Bideau, Jacques Denis, Germaine Tournier, dir. photo Simon Edelstein, son Marcel Sommerer, montage Joëlle van Effenterre, sélection officielle Cannes 1972, Grand prix du Festival de Dinard 1972.

Feddy Buache écrira à propos du film, lors de sa présentation en compétition au Festival de Cannes 1972:

« les observateurs bien informés disent que les hirondelles s’amusent à piquer vers le sol, à redresser in extremis la courbe de leur vol, à se donner le vertige ou à se laisser dériver sur la frange du vent: ces jeux sont leur manière allègre de s’approprier l’espace et de mesurer leurs pouvoirs. Les personnages de Michel Soutter, avec humour et gravité, ressemblent à ces oiseaux. Une activité ludique leur permet de se connaître mieux et à sonder plus lucidement l’univers, ainsi que leur propre coeur. Les quiproquos et chassés-croisés que, malicieusement, ils suscitent, ou dont logiquement ils prolongent l’effet dans leur conduite et leur langage, les entraînent à comprendre pourquoi, comment, ils vivent à l’envers en croyant penser à l’endroit, ou vice-versa. Les mots et les objets qu’ils échangent au gré des fantaisies gambadantes relèvent de l’ordre de la poésie. Et le long des sentiers, sous les buissons des jardins, ils détraquent d’un sourire ou d’un baiser les instruments des arpenteurs, afin que très longtemps le bonheur de rêver, d’aimer, de s’accomplir, échappe à la chaîne, à l’équerre, aux lois d’une géométrie utilitaire appliquée à détruire la liberté. »